African Park Networks

African Park Networks

ONG de protection de l’environnement créée en 2000, en réponse à la pénurie d’aires protégées correctement gérées sur le continent africain

Il s’agit de la seule ONG qui prenne la responsabilité totale de la réhabilitation et de la gestion sur le long terme des parcs nationaux et des aires protégées pour le compte des gouvernements afin de sauver la faune, de restaurer les paysages naturels et d’assurer des moyens de subsistance durables pour les populations locales.
Avec la gestion de 11 parcs répartis sur huit pays en Afrique, couvrant six millions et demi d’hectares, ils gèrent la surface de zones protégées la plus étendue ainsi que l’effectif le plus important de gardes forestiers de toutes les ONG du continent.
African Parks a récemment réalisé la plus grande relocalisation d’éléphants en déplaçant 520 animaux vers leur nouveau territoire au Malawi. Ils ont également réintégré des lions et des rhinocéros dans un parc du Rwanda après des dizaines d’années d’extinction, tout en accroissant les revenus issus du tourisme de 550 % dans le pays. Ils ont en outre quasiment éliminé le braconnage des éléphants dans le Zakouma National Park au Tchad où la population d’éléphants est en augmentation pour la première fois depuis plus de dix ans. African Parks permet à la population locale de bénéficier d’une multitude d’avantages, parmi lesquels des emplois, la construction d’écoles, le déploiement de dispensaires de santé mobiles et le développement d’entreprises visant à améliorer les moyens de subsistance durables, ce qui a permis à l’opinion publique de se positionner en faveur de la conservation et du soutien des parcs.
African Parks a été à l’avant-garde du modèle de partenariat public-privé pour la gestion des aires protégées en Afrique, et l’organisation mène toutes les actions nécessaires pour que chaque parc soit écologiquement, socialement et financièrement durable pour les futures générations. Leur objectif est d’assurer la gestion de 20 parcs d’ici à 2020, protégeant ainsi plus de 10 millions d’hectares de terres sauvages et aménagées pour les populations et pour la faune à travers tout le continent.