flag-français flag-anglais facebook twitter youtubeMonaco Channel

Actualités

Campagne «Delete?», en partenariat avec l'artiste Thierry Bisch et Opera Gallery.

Thierry Bisch - Delete

A l’occasion de son dixième anniversaire, le 30 juin 2016, la Fondation Prince Albert II de Monaco, très engagée dans la préservation de la biodiversité, présente la campagne «Delete?» en partenariat avec l’artiste Thierry Bisch et Opera Gallery.

« Delete ? » est une œuvre engagée, visant à la sensibilisation des populations urbaines au déclin et à la menace d’extinction d’un grand nombre d’espèces animales.


Un ensemble de vingt grandes toiles représentant des animaux menacésseront exposées, dès le mois de mai, dans des endroits emblématiques de la Principauté.

Un dépliant sera disponible à l’office du tourisme de Monaco et chez Opera Gallery, 1, avenue Henri Dunant.
Durant l’été, des bâches, des murs peints et des vidéos réalisés à partir des toiles de l’artiste seront présentés le soir dans toute la Principauté de Monaco.

 

"Je peins des animaux depuis des décennies et certains de mes modèles sont en voie d'extinction, là sous mes yeux. J'ai donc décidé de vous les montrer et de vous poser la question : Delete?... La réponse est dans vos mains."

 

 

Thierry Bisch - Panthera Pardus Melas

PANTHERA PARDUS MELAS, 2016 – détrempe & huile/toile 200 x 160cm
 
La panthère de Java est une sous-espèce de léopard, de taille plus modeste que ses cousines africaines. La panthère noire n’est qu’un léopard à pelage noir et sur l’île de Java elle affiche un taux de mélanisme (noir) bien supérieur que chez les autres sous-espèces.Ce splendide félidé est aujourd’hui en danger critique d’extinction à cause de la chasse, la destruction de son habitat et la  grande dispersion des individus qui nuit à sa reproduction. En 2007 on comptait 250 panthères réparties sur plus de 2500km2. Aujourd’hui, il en reste probablement moins de 100…

 

 

 


Thierry Bisch - HIPPOCAMPUS GUTTULATUSHIPPOCAMPUS GUTTULATUS, 2016  - détrempe & huile/toile - 200 x 160cm

L’hippocampre moucheté est une espèce de poisson osseux natif de l’Océan Atlantique oriental et de la Mer Méditerranée. Sa taille moyenne est 12cm mais elle peut ateindre 20cm. Ses couleurs sont assez variées, il peut être vert foncé, brun, orangé ou jaune (parfois un doux mélange de ces teintes) et son corps est couvert de petits points blancs, bruns ou rouges.

Il vit dans les eaux tempérées des zones côtières du sud de l’Angleterre, des Açores des îles  Canaries, au Maroc et en Méditerranée dans des eaux peu profondes entre 1 et 20 mètres.

L’hippocampe moucheté a un régime alimentaire carnivore, il se nourrit de petits crustacés, de larves, et d’oeufs de poissons. Comme tous les membres de son espèce, (Syngnatidae) il est ovivipare et c’est le mâle qui porte les oeufs dans sa poche ventrale. La femelle, en l’enlaçant  pond ses ovocytes dans la poche du mâle  qui les fécondera  et les couvera pendant 1 mois. Arrivés à terme,  les petits seront expulsés dans une extraordinaire scène d’accouchement. L’expulsion complète peut prendre jusqu’à 4 jours.

L’hippocampe moucheté est relativement rare et nous disposons de peu de données relatives aux populations vivant à l’état sauvage. Il est cependant inscrit à l’Appendix II de la CITIES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction)

En mars de cette année la Fondation Prince Albert II de Monaco a lancé un ambitieux projet de réintroduction de l’hippocampe dans la reserve sous-marine du Larvotto.

 


Thierry Bisch - Giraffa Cameloparladis Cameloparladis

Giraffa Cameloparladis Cameloparladis, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 230 x 160cm

En 2007, la girafe de Rothschild a été proposée  comme une espèce de girafe à part entière et non plus comme une sous-espèce. Elle est certainement la plus menacée, il n’en reste que quelques centaines à l’état sauvage dans des territoires protégés en Ouganda et au Kenya. Son nom provient du fondateur  du museum d’histoire naturelle de Tring (UK) Lionel Walter second Baron de Rothschild. (Aujourd’hui cet ancien musée privé est rattaché au Musée National d’Histoire Naturelle)

Le déclin de cette espèce particulière vient surtout du fait de son hybridation avec les autres espèces classées généralement « Least Concern » (Préoccupation mineure) sur la Liste Rouge de l’UICN.

La girafe de Rothschild est reconnaissable à la couleur orangée de ses taches, à la nuance plus crémeuse des marbrures et surtout à l’absence de taches sur les membres inférieurs qui donne l’impression qu’elle porte des chaussette blanches. Une autre caractéristique est le nombre de ses ossicônes (cornes des giraffidés). C’est la seule espèce de girafe qui naît pourvu de 5 ossicônes.

 


Thierry Bisch - Ursus Maritimus

Ursus Maritimus, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 230 x 160cm

L’ours polaire est, avec l’ours Kodiak, le plus grand des carnivores terrestres et il figure au sommet de sa pyramide alimentaire. C’est un mammifère semi-aquatique , dont la survie dépend aussi bien de ses chasses sur la banquise  que dans l’eau. Son espérance de vie est de 15 à 30 ans.

Les mâles pèsent environ 800kg à l’âge adulte, (le record est de 1 102kg) et mesure entre 2m50 et 3m debout. En réalité, les poils ne sont pas blancs : ils sont non pigmentés, donc incolores, translucides et creux ; c'est la réflexion de la lumière visible sur la surface interne de ces poils creux qui les fait apparaître blancs. Sous son pelage blanc, l'ours blanc a une peau complètement noire ce qui lui permet d'absorber l'énergie lumineuse de façon optimale.

Animal charismatique, l'ours blanc a un fort impact culturel sur les peuples Inuit, qui dépendent toujours de sa chasse pour survivre. Les Inuits sont les seuls qui ont le droit de le chasser encore. Certains d’entre eux vendent chaque année, leur droit de chasse à des chasseurs fortunés, américains pour la plupart…

Cette espèce vit uniquement sur la banquise autour du pôle Nord, au bord de l'océan Arctique. En raison du réchauffement climatique et du bouleversement de cet habitat, les populations d'ours blanc sont globalement en déclin et l'espèce est considérée comme en danger. On estime que la population d'ours blancs serait comprise entre 20 000 et 25 000 individus.

 


 

Thierry Bisch - Atelopus ZetekiAtelopus Zeteki, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 170 x 130cm

Atelopus zeteki est une espèce d'amphibiens de la famille des Bufonidae. Elle est aussi appelée grenouille dorée du Panama.

Elle se rencontre dans la région du Cerro Campana-Valle de Antón dans les provinces de Coclé et de Panama entre 335 et 1 315 m d'altitude dans la Serranía de Tabasará.

Selon son habitat, en zone sèche ou humide, les mâles mesurent de 35 à 48mm pour un poids variant de 3 à 12 grammes.

Leur toxine est hydrosoluble et affecte les cellules nerveuses de quelqu'un qui a un contact avec elle. Les grenouilles doréesr utilisent cette toxine pour se protéger de la plupart des prédateurs. En raison du risque de tester le poison sur des humains, le test a été fait avec des souris. De grandes doses peuvent être mortelles en20 ou 30 minutes. La Mort est précédée par des convulsions jusqu'à ce que les fonctions des systèmes circulatoires et respiratoires cessent.

Symbole du Panama depuis des décennies, Atelopus Zeteki est quasiment éteinte aujourd'hui.

 


 

Thierry Bisch - Ailuropoda MelanoleucaAiluropoda Melanoleuca, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 200 x 160cm

Le panda géant ne vit que dans le centre de la Chine dans les régions montagneuses recouvertes de forêts d’altitude comme la province du Sichuan ou au Tibet, entre 1800 et 3400 mètres d’altitude.

Le panda est doté de six doigts dont un « faux pouce » opposable à ses cinq doigts. Ce pouce sert notamment à attraper les tiges de bambou dont il se nourrit en grande quantité, jusqu’à 20kg par jour. Bien que son alimentation soit à 99% végétale, il est pourvu d’un système digestif capable de digérer la viande et il est classé parmi les carnivores.

La régression des forêts de bambous au profit de nouvelles terres agricoles est la principale raison du déclin du panda, mais les jeunes sont parfois des proies du léopard des neiges dont les habitats se chevauchent. 

 


Thierry Bisch - Monacus MonacusMonachus Monachus, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 160 x 160cm

Le plus menacé de tous les pinnipèdes, le Phoque Moine de Méditerranée, était présent sur de nombreuses côtes de la Méditerranée : Au Portugal, en Croatie, à Chypre, au Maroc, il n’y a pas si longtemps on le voyait nager près du rocher de Monaco. Les males pouvaient atteindre 400kg ! Aujourd’hui on estime la population totale à 350/450 individus.

L’un des projets phare de la Fondation Prince Albert II de Monaco est la consolidation de l’une des dernières colonies de phoques moines en Grèce sur l’île de Gyaros.

 


Thierry Bisch - Bos JavanicusBos Javanicus, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 200 x 160cm

Le Banteng sauvage, aussi appelé Asian Red Bull, est originaire du Sud Est Asiatique, des îles de Java et de Bornéo. Son habitat est principalement constitué par les forêts tropicales.

Domestiqué par l’homme plusieurs siècles avant JC, il a été introduit dans de nombreuses îles d’Indonésie et en 1849 en Australie. Il a été croisé avec de nombreuses autres espèces de bovinés comme le bœuf de Bali, le buffle d’eau ou le zébu, donnant naissance à de nombreuses races de bovins.

Les cornes du Banteng sauvage peuvent atteindre 80cm de long et sont séparées sur le haut de la tête par une sorte de casque. Les mâles peuvent faire 1,80m au garrot et peser une tonne. Déclaré en danger critique d’extinction par l’UICN, on estime la  population totale de bantengs sauvages à 5 000 individus.

 


Thierry Bisch - Diceros BicornisDiceros Bicornis, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 210 x 160cm

Toutes les espèces de Rhinos (5) sont menacées d’extinction. Le Rhino noir se distingue du blanc par son alimentation : il se nourrit de feuilles et de branchages qu’il peut tirer grâce à sa lèvre supérieure qui pointe en avant.

Le rhino blanc, plus massif, broute des herbes sèches et vit en savane ouverte. Les rhinos d’Afrique se sont séparés de leurs cousins asiatiques il y a 25 millions d’années.

Les rhinos n’ont qu’un seul prédateur : l’homme. Une vieille croyance attribue des vertus aphrodisiaques à sa corne que les chinois et les japonais consomment en poudre. Le kilo peut atteindre $50 000 au marché noir. En réalité, la corne de rhino n’est rien d’autre que de la kératine agglutinée qui ne fait pas plus d’effet que de se ronger les ongles…

 


Thierry Bisch - Elephas MaximusElephas Maximus, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 270 x 160cm

L’éléphant d’Asie, généralement plus petit que son cousin africain, mesure entre 2,5 et 3 mètres au garrot pour les mâles et pèsent 4 tonnes en moyenne.

Il ne présente qu’un seul « doigt » préhensile au bout de la trompe et possède d’assez petites oreilles. Le crâne forme deux bosses proéminentes et les défenses sont absentes chez les femelles.

Vivant en troupeau restreint mené par une femelle, il passe son temps à arpenter la forêt à la recherche de sources de nourriture pour satisfaire son régime végétarien. Souvent domestiqué, il est utilisé comme monture ou animal de trait. Autrefois présent sur l’ensemble du continent asiatique, il n’occupe plus aujourd’hui qu’un territoire réduit. À l’état sauvage, l’espèce est en danger, même si le commerce de l’ivoire est illégal.

 

 

 


Thierry Bisch - Equus GrevyiEquus Grevyi, 2015 - Détrempe et huile sur toile - 190 x 160cm

Originaire de la Corne d’Afrique, le zèbre de Grevyi est certainement le plus beau de son espèce avec ses fines rayures, son opulente crinière et ses grandes oreilles arrondies.

D’une population de 4300 individus en 1988 au Kenya, on n’en comptait plus que 2000  en 2007. Estimée à 1900 individus en 1980 en Ethiopie, il n’en restait que 128 en 2006.

On estime aujourd’hui la population totale de zèbres de Grevyi sur la planète à environ 1000 spécimens.

 

 


Thierry Bisch - Gorrila Gorilla GorillaGorilla Gorilla Gorilla, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 200 x 160cm

Il y a 2 espèces de gorilles : Ceux de l’ouest africain (Congo, Gabon, Cameroun…), ceux de l’est (Tanzanie, Rwanda, Ouganda…) et 4 sous espèces définies selon son lieu de vie (plaine, montagne, marécage, forêt). Le bloc forestier ouest-africain abrite la sous-espèce la plus abondante.

Ce sont les êtres vivants les plus proches de l'Homme, après le Bonobo et le Chimpanzé, puisque l'ADN des gorilles est de 98 % à 99 % identique à celui des humains.

Les gorilles, comme d'autres singes proches de l'homme possèdent des dermatoglyphes (équivalent des empreintes digitales), y compris sur les phalanges des mains qui sont des zones de contact avec le sol quand le gorille marche sur les poings fermés ou à           demi - ouverts.

Par leur régime alimentaire spécifique (fruits, végétaux…) le rôle des gorilles est essentiel à la régénération des forêts. En ingérant une grande quantité de graines et en les rejetant dans les trouées forestières, les gorilles participent activement à la régénération forestière

Début 2009, l'une des plus vastes études jamais faite sur les grands singes, menée par des scientifiques de l'Université de Saint-Andrews en Écosse, indique l'existence d'un langage commun chez tous les gorilles basé sur 102 signes.

 


Thierry Bisch - Panthera Leo PersicaPanthera Leo Persica, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 205 x 160cm

Le lion d’Asie est une sous espèce de lion. Leur aire de répartition originelle s'étendait de la Grèce au Nord du Maghreb et couvrait le Moyen-Orient jusqu'à l'Inde.

Il s'éteint en Grèce dès le Ier siècle av. J.-C., en Palestine au XIIIe siècle, au Pakistan en 1842 et survit jusqu'au XXe siècle (1914 environ) en Irak et en Iran où il est aperçu en 1942. En Perse il disparait en 1941.

Les derniers spécimens à l’état sauvage se trouvent exclusivement dans la forêt de Gir dans l’État du Gujarat en Inde Orientale.

Ce parc naturel est protégé depuis les années 1900 alors qu'il était sous la juridiction du Nawab de l'État princier de Junagadh. Cette       initiative a contribué à la survie de la sous-espèce des lions d'Asie, dont la population avait chuté à seulement 15 spécimens, à cause de la chasse sportive. Aujourd’hui on compte environ 350 individus.

Il y a peu de différences morphologiques entre le lion d’Asie et son homologue africain. Sa crinière est parfois moins touffue et ses oreilles sont dégagées plutôt qu’enfouies dans les crins.

 


Thierry Bisch - Panthera UnciaPanthera Uncia, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 205 x 160cm

Le léopard des neiges vit reclus dans l’Himalaya, dans l’Altaï, en Mongolie, au Tibet, au Bouthan, en Sibérie. Son pelage épais est un mélange de blanc, de gris pâle et de bistre doré agrémenté de taches sombres lui assurant un camouflage idéal dans les paysages enneigés de son habitat. En été il vit entre 2 500 et 6000 m d’altitude. L’hiver il peut descendre jusqu’à 1000 m. Son poids moyen est de 50kg et sa taille va de 90 à 120cm. Sa queue mesure au moins 75% de la longueur de son corps de 90cm à 1m. Elle lui sert de balancier pour garder l’équilibre sur les rochers escarpés le long des corniches vertigineuses. Il peut sauter jusqu'à quinze mètres de longueur et six mètres de hauteur.

C'est un félin extrêmement rare et difficile à observer dans la nature en raison de l'inaccessibilité de son habitat. On l’appelle « le fantôme des montagnes ».

 Son régime d’été est principalement constitué d’ongulés des hautes montagnes : mouflons, bouquetins, tahrs, makhors. L’hiver, le léopard descend plus bas dans les vallées et forêts et chasse le cerf, le sanglier mais aussi des proies plus modestes comme la marmotte ou le lièvre. Contrairement à ses cousins panthérinés, il ronronne comme les petits félins ce qui en fait une exception de son espèce.

Son déclin est principalement dû à la chasse illégale pour sa fourrure très prisée en Asie Centrale, en Russie et en Europe de l’Est, mais aussi pour ses os et différentes parties de son corps très demandés dans la médecine chinoise.

 


Thierry Bisch - Propithecus CoquereliPropithecus Coquereli, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 200 x 160cm

Le Sifaka, bien qu’il soit classé dans l’ordre des primates, n’est pas un singe : c’est un lémurien de la famille des indridés.

On le distingue de ses cousins ( Sifakas de Verreaux, de Decken, de Tattersall, etc.) à ses larges plaques brun-rouge parfaitement dessinées sur sa robe blanche et à sa tête  blanche elle aussi.

Comme tous les Lémuriens, il est endémique de l’île de Madagascar et comme les autres, il est menacé d’extinction en raison de la destruction de son habitat par l’homme.

Déforestation intensive et brûlage des terres pour produire de l’alimentation pour le bétail et du charbon de bois, sont  avec la                                                              chasse, les principaux facteurs de son déclin.

 


Thierry Bisch - Squatina SquatinaSquatina Squatina, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 200 x 140cm

L’Ange de mer est une espèce  de poisson  cartilagineux se situant entre le requin et la raie. Sa taille varie de 1,80 à 2,50m.

Suivant les régions, on l’appelle aussi Angel, Antjou, Bourgeois, Bourget, Anelot, Martrame ou Mordacle. Il  vit en général à demi - enterré sur le fond en attendant qu’une proie passe à sa portée. Il se nourrit de poissons osseux, de raies, de crustacés et de mollusques. Il est adapté aux eaux froides aussi bien que chaudes.

On le rencontre proche des côtes du nord-est de l’Atlantique, au sud de la Norvège mais aussi en Méditerranée à l’ouest du Sahara à 150m de profondeur. Sa peau est brune avec des taches plus foncées.

Entre Nice et Antibes, la Baie des Anges lui doit son nom du fait de sa présence autrefois dans ces eaux. Aujourd’hui il est en danger critique d’extinction principalement du fait de la surpêche.

 


 Thierry Bisch - Equus Asinus AfricanusEquus Asinus Africanus - Détrempe & huile/toile 200 x 160cm

L’Âne sauvage d’Afrique est une sous-espèce d’équidés sauvages, ancètre de l’âne domestique. Sa robe est beige claire, il présente des zébrures sur les membres ainsi qu’une  raie noire  le long de la colonne vertébrale appelée « raie de mulet ». Cette raie est caractéristique des espèces primitives.

L’âne sauvage d’Afrique mesure entre 1,25 m et 1,45m au garrot et pèse entre 230 et 275 kg. Cette espèce n’est pas domesticable.

En danger critique d’extinction, il ne reste que 600 individus vivants à l’état sauvage, toutes concentrées dans la Corne de l’Afrique en Erythrée (400) et en Ethiopie (200). Quelques individus survivent peut-être au Soudan et en Egypte.

 

 


Panthera Tigris Altaica, 2016 - Détrempe et huile sur toile - 210 x 160cm             Thierry Bisch - Panthera Tigris Altaica

Le Tigre de Sibérie est le plus grand et le plus puissant des sous-espèces de tigres. C'est le 3ème plus gros prédateur terrestre après l'ours Kodiak et l'ours polaire. En 2010, l'UICN considérait qu'il restait entre 18 et 22 tigres de Sibérie en Chine, 331 à 393 tigres en Russie et qu'il serait possible que des tigres de Sibérie survivent en Corée du Nord.
De solides mais très coûteux projets de préservation de cet animal splendide ont pour effet de maintenir la stabilité des populations. La Fondation Prince Albert II de Monaco soutient ces efforts...

 

Chaîne Youtube

Accès membres




Accès Influencers circle




Grace à votre générosité, nous pouvons agir pour l'avenir de notre planète.