Entretien avec Andrés García Aguayo - 11/05/2020

Andrés García Aguayo, Biologiste et herpétologue à l'"Universidad Nacional Autónoma de México".
Lauréat du Prix de la Fondation Prince Albert II de Monaco pour la biodiversité - 2019

Quels problèmes la pandémie a-t-elle révélés ?  

Cette pandémie est l'une des dernières occasions pour l'humanité de reconnaître les menaces existentielles que nos activités ont produites sur l'environnement, comme le réchauffement climatique, l'extinction massive d'espèces et de populations, la perte accélérée des écosystèmes et de la biodiversité, l'émergence de maladies infectieuses et le déclin des services écosystémiques.  

L'énorme commerce illégal d'animaux sauvages pour la consommation, la médecine traditionnelle et d'autres usages en Asie du Sud-Est a poussé de nombreuses populations et espèces au bord de l'extinction et du COVID-19. Il est prouvé que le virus est passé d'une chauve-souris ou d'un pangolin à l'homme dans un marché d'animaux "humide" en Chine. Le commerce illégal et la perte d'habitat ont donc favorisé le contact entre la faune sauvage, les humains et les animaux domestiques, permettant aux virus de sauter entre les espèces. 

Quelles transformations doivent avoir lieu dans nos sociétés ? 

La pandémie doit changer notre perception et notre attitude à l'égard des problèmes environnementaux et socio-économiques afin d'orienter un effort global de tous les secteurs de la société pour parvenir à un développement durable où les connaissances et les activités scientifiques en faveur de l'environnement sont accessibles au public.  

Nous devons discuter du rôle des médias et des institutions d'éducation formelle pour développer les compétences nécessaires à la compréhension et à la résolution des graves problèmes auxquels nous sommes et seront inévitablement confrontés.

Ma recommandation aux pays ou aux entreprises est de mener des campagnes d'information afin que le public reconnaisse l'importance de la pandémie, ses origines et la manière d'agir pour réduire les facteurs qui l'ont produite ; il n'y aura pas d'autre possibilité. Nous devons comprendre que nous ne pouvons pas revenir à la normale, car cette normalité nous a conduits là où nous sommes aujourd'hui. Le commerce illégal d'espèces sauvages doit être interdit, la protection de l'environnement renforcée, l'éducation et la recherche scientifique doivent être prioritaires.