Retour à la liste

Initiative Homme - Faune sauvage

Préserver la faune sauvage au sein de territoires anthropisés

Historiquement, la Fondation Prince Albert II de Monaco s’attache, par le soutien de divers projets à travers le monde, aux problématiques de cohabitation entre les humains et la faune sauvage. En 2017, la Fondation organise, en Principauté, un forum axé sur la prise en compte de la faune sauvage dans la gestion d’un territoire. A la suite de cette rencontre, il a été décidé de prolonger la démarche en mobilisant des acteurs prêts à s’impliquer pour faciliter la cohabitation Homme - faune sauvage en Région Sud - Provence-Alpes-Côte d’Azur.

En 2020, l’Initiative Homme – Faune sauvage (IHF) est lancée avec la création d'un Comité de Pilotage constitué par : le Conseil National de Protection de la Nature, la Chambre d’agriculture Alpes-Maritimes, la Fédération des Chasseurs des Alpes- Maritimes et la Ligue pour la Protection des Oiseaux Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il intègre des acteurs représentant toutes les opinions, qu’ils soient ouvertement favorables à une présence marquée de la faune sauvage ou, au contraire, qu’ils estiment la cohabitation complexe car pénalisante pour leurs activités.

Ce Comité est appuyé par une dizaine de partenaires de réflexion dont le Parc National du Mercantour, la Fondation François Sommer, le Centre d’Études et de Réalisations Pastorales Alpes-Méditerranée, l’Office Français de la Biodiversité, des membres du Comité Scientifique et Technique ainsi que du Conseil d’Administration de la Fondation Prince Albert II, et un écrivain naturaliste.

L’objectif est de faire émerger des propositions innovantes et des recommandations concrètes sur la question d’une meilleure prise en compte de la grande faune dans la gestion d’un territoire. Plusieurs vertébrés de la grande faune sauvage sont concernés, à savoir : les loups, les cervidés, les sangliers, les mouflons, les bouquetins, les chamois, les renards, les mustélidés et l’avifaune en zone rurale et montagnarde.

L’initiative permet d’aider des acteurs de la Région Sud-PACA à développer des projets concrets en faveur d’une meilleure acceptabilité sociale et d’une gestion des interrelations entre la faune et les activités humaines (agriculture, tourisme, chasse, gestion de l’environnement), comme par exemple :

  • Adaptation des pratiques agricoles en cohabitation avec la faune sauvage
  • Actions portant sur la compatibilité des sports de nature et de la faune sauvage
  • Elaboration d’outils de communication en faveur d’un agrotourisme valorisant la faune sauvage
  • Etude et suivi de populations de faune sauvage
  • Animations scolaires et/ou grand public, rencontres d’acteurs du monde rural

L’initiative fonctionne par l’intermédiaire d’un appel à projets annuel, pour identifier et soutenir financièrement des acteurs de terrain prêts à porter des actions à leur échelle, pour une durée maximale de 2 ans. Parmi les projets retenus en 2020, certains d'entre eux ciblent l’avifaune :

  • La Tour du Valat propose un projet d’atténuation et de prévention des dégâts causés par les grues cendrées sur les cultures de blé en Camargue ;
  • La Ligue pour la Protection des Oiseaux PACA prévoit de mener un programme de réintroduction et de conservation de vautours moines et fauves ;
  • L’Université d’Oviedo étudiera les perceptions, attitudes et motivations des éleveurs sur la conservation des vertébrés charognards ;
  • Le naturaliste Florent Adamo propose un projet visant à améliorer la connaissance et à favoriser la préservation des galliformes de montagne ;
  • L’Office National des Forêt prévoit de faire déséquiper des voies d’escalade illégales par des associations sportives locales afin de protéger un couple de vautours percnoptères.

Trois porteurs à savoir, l’association France Nature Environnement PACA, l’association FERUS et le Parc Naturel Régional du Lubéron, ont choisi d’axer leurs projets sur la sensibilisation de divers publics à la présence de chiens de protection des troupeaux depuis le retour du loup.

Enfin, deux autres projets ont pour objectif une meilleure connaissance de la faune sauvage. Le projet de l’association PACA pour Demain programme la réalisation de clips vidéo portant sur les dommages causés à la faune sauvage par les activités humaines du quotidien ; et le projet de l’association Chrysalide vise à effectuer un suivi des populations de loutre et putois d’Europe récemment découvertes dans le Parc National du Mercantour.

La phase 2 de l’Initiative permettra d’accompagner de nouveaux projets mais également d’identifier, parmi les porteurs, les acteurs les plus engagés afin de les encourager à mettre en place un projet à plus large échelle. La phase 3 aura pour but d’accompagner ces projets de plus grande ampleur.